logo-nsp-bigger

175e anniversaire de la Saline de Riburg : vernissage du livre célébrant l’un des plus anciens sites d’extraction de sel

Lors d’un vernissage à la salle Melihus le 24 septembre, Jürg Lieberherr, ancien directeur des Salines Suisses, a présenté son ouvrage « Vom Tontiegel zum Pharmasalz : 10 000 Jahre Salzgewinnung» (Du creuset d’argile au sel pharmaceutique : 10 000 ans d’extraction de sel). Celui-ci retrace l’histoire mouvementée de la Saline de Riburg.

Après l’exposition temporaire, la Journée internationale des musées et l’après-midi de la géologie, le vernissage du livre constituait déjà la quatrième et dernière manifestation organisée à l’occasion du 175e anniversaire de la Saline de Riburg. La salle du musée « Im Melihus » de Möhlin (AG) était déjà bien pleine quand le CEO Urs Ch. Hofmeier a souhaité la bienvenue aux invités et donné la parole à Jürg Lieberherr.

Menschenmenge in einer Halle
Urs Ch. Hofmeier, CEO des Salines Suisses, a accueilli les visiteurs lors du vernissage du livre à Melihus.

Une épopée

Jürg Lieberherr n’a rien perdu de sa fascination pour le sel depuis qu’il est à la retraite : l’ancien directeur des Salines Suisses a présenté de manière très vivante l’histoire extraordinaire de l’une des plus anciennes régions d’extraction de sel d’Europe.

Ce fut, selon Lieberherr, un « caprice du destin » si le saliniste et homme d’affaires allemand Carl Christian Friedrich Glenck a découvert un gisement de sel précisément dans le canton de Bâle-Campagne avant de fonder, en 1837, une saline sur le territoire de la commune de Pratteln. Pour le canton rural qui s’était détaché de la partie urbaine quatre ans plus tôt dans les tourments, la découverte de sel par Glenck fut une véritable bénédiction : « Du jour au lendemain », le sel était devenu un bien disponible en abondance et à faible coût, ce qui a réduit la dépendance politique et économique des puissances étrangères.

Zwei Männer reichen sich die Hand
Jürg Lieberherr salue un visiteur du vernissage de son livre. Malgré sa retraite, il n'a pas perdu sa passion pour le sel.

Selon Jürg Lieberherr, le succès de Glenck a entraîné des forages fiévreux dans le canton voisin d’Argovie que l’on peut comparer à la ruée vers l’or aux États-Unis. Johann Urban, alors inspecteur forestier de Möhlin, réussit dans un premier temps à trouver du sel lors d’un forage à Kaiseraugst. En 1848, il construisit lui-même la Saline de Riburg à Möhlin.

À cette époque, la solidarité intercantonale avec des prix uniformes et avantageux telle que nous la connaissons aujourd’hui auprès des Salines Suisses n’était encore qu’une très lointaine perspective. Les quantités de sel disponibles variaient aussi beaucoup. Johann Urban Kym fit de ce fait fermer la Saline de Kaiseraugst après seulement quatre ans d’exploitation au profit de la nouvelle Saline de Riburg. Et quand le canton de Zurich eut l’impression en 1871 d’être devenu trop dépendant de la production de sel de Schweizerhalle, il tenta de construire sa propre saline juste à côté de celle de Riburg. Ces épisodes et bien d’autres encore font de l’histoire de la production de sel en Suisse un sujet aux multiples facettes qui sont également associées à de nombreux autres événements historiques.

Plonger dans l’histoire et découvrir le sel

L’ouvrage de Jürg Lieberherr « Salz – vom Tontiegel zum Pharmasalz : 10 000 Jahre Salzgewinnung » est disponible au Centre des visiteurs des Salines Suisses à Pratteln et peut également être commandé dans toutes les librairies.

Ceux qui préfèrent expérimenter le sel sur place peuvent se plonger dans son histoire dans le cadre de la nouvelle offre touristique « Salina Helvetica ». Jürg Lieberherr fut également le conservateur du musée aménagé dans la Villa Glenck.

www.salina-helvetica.ch

Blaues Buch

Partager cet article sur :

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

CEO

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Articles connexes