Un voyage salé dans le temps : sur la nouvelle route du sel de Kreuzlingen à Pratteln

Début 2019, l’historien Daniel Stotz s’est mis en quête d’histoires passionnantes sur le sel. Elles ont donné naissance au projet « Historische Salzstrasse am Rhein » (Route historique du sel sur le Rhin), un sentier thématique chargé d’histoire qui relie le lac de Constance à Schweizerhalle Pratteln, officiellement inauguré le 30 septembre. Dans cette interview, Daniel Stotz explique sa fascination pour le sel et pourquoi la Via Rhenana vaut le détour.

Daniel Stotz bei der Installation einer Informationstafel der Salzstrasse.

Comment vous est venue l’idée du projet « Route historique du sel sur le Rhin » ?

J’ai eu cette idée lors d’une promenade à Eglisau, où j’habite. Il existe une Salzhausplatz, soit une place de la maison du sel, juste à côté du Rhin. Pourtant, il n’existe aucune maison du sel à cet endroit. Autrefois, les maisons du sel servaient d’entrepôts temporaires pour le sel importé, à une époque où la Suisse alémanique ne produisait pas encore de sel. La maison du sel d’Eglisau a été rasée en 1920 lorsque le Rhin a été aménagé pour la construction d’une centrale hydroélectrique. C’est alors que j’ai commencé mes recherches sur l’histoire du sel dans la région.

Et qu’avez-vous découvert ?

L’histoire du sel est très bien documentée à partir du Moyen-Âge tardif. À l’époque, la Suisse importait son sel de Bavière, du Tyrol et d’Autriche. Les fûts de sel étaient transportés par bateau sur le Rhin depuis le lac de Constance puis livrés en charrettes tirées par des chevaux dans toute la Suisse depuis différents points de déchargement. Autrefois, les élevages et la production de fromage nécessitaient beaucoup de sel, en particulier en Suisse centrale.

Qu’est-ce qui vous fascine le plus dans le sel ?

Le sel est encore et toujours un sujet d’actualité, lorsque l’on parle de nutrition ou de sel à dégeler, par exemple. Peu de gens en Suisse savent d’où vient notre sel et d’où il venait autrefois. C’est exactement ce qui m’a décidé à lancer ce projet qui doit permettre la transmission de ces connaissances au public sous forme d’histoires passionnantes. J’espère ainsi également promouvoir le tourisme régional. La demande en offres touristiques régionales a augmenté, en particulier en cette période de coronavirus.

Comment avez-vous commencé ce projet ?

J’ai d’abord demandé à ViaStoria si je pouvais bénéficier d’une aide pour réaliser ce projet. ViaStoria est une fondation qui s’occupe des itinéraires culturels suisses. Ensemble, nous avons eu l’idée d’associer la Via Rhenana existante, qui relie Kreuzlingen à Bâle en passant par Eglisau et Rheinfelden, aux histoires du sel. Il s’agit d’un chemin de grande randonnée qui suit le Rhin. La véloroute 2 nationale suit également le Rhin. L’avantage est que ces itinéraires existent déjà et qu’ils sont connus. Ensuite, j’ai commencé à réunir les différentes histoires relatives aux étapes qui longent le Rhin puis j’ai rédigé des textes et associé des illustrations. Les Salines Suisses m’ont fourni une aide financière et organisationnelle.

Qu’est-ce qui attend les personnes intéressées qui emprunteront cet itinéraire ?

17 étapes, chacune dédiée à un thème différent, comme la navigation sur le Rhin, l’origine du sel ou les taxes et droits de douane autrefois prélevés sur le précieux « or blanc ». Chaque étape offre également une expérience audio. Un code QR permet d’accéder à un enregistrement qui accompagne le texte du panneau. Les histoires de trois à quatre minutes sont racontées par Carl Christian Friedrich Glenck qui découvrit le sel du sous-sol de Bâle-Campagne en 1836. Les histoires contées par un acteur sont conçues de manière que les détails des différentes étapes soient appréhendés du point de vue de Carl Christian Friedrich Glenck. Ce fut assez simple à réaliser, car nous disposons de nombreux rapports de Carl Christian Friedrich Glenck.

Pourquoi la route du sel finit-elle à Pratteln ?

Grâce à la création de la Saline de Schweizerhalle par Carl Christian Friedrich Glenck, les importations de sel n’étaient globalement plus nécessaires. Le dernier panneau d’information de l’itinéraire sera installé à la Saline de Schweizerhalle, à Pratteln, le 30 septembre.

Le projet sera-t-il alors achevé ?

Pas tout à fait. Je suis en train d’écrire un livre sur le Haut-Rhin, voie navigable et paysage culturel. Il paraîtra au printemps et complète les informations sur la route du sel avec un portrait historique et culturel du Rhin suisse. Il est également prévu d’associer la route du sel à l’application SuisseMobile afin de permettre un accès au plus grand nombre.

Plus d'informations sur la « Route historique du sel sur le Rhin »

La ViaRhenana 60 est balisée et son itinéraire est disponible sur schweizmobil.ch.

Les panneaux pentagonaux de la route du sel seront installés à partir d’octobre 2021; le site Internet de la « Route historique du sel sur le Rhin »: salzstrasse.salz.ch

Le guide « ViaRhenana – Wasserweg mit Salzgeschmack » paraîtra en avril 2022 chez Werd&Weber-Verlag Thun.

Attention à ne pas confondre : il existe déjà un sentier du sel local entre la Saline de Riburg et Rheinfelden.

Partager cet article sur :

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Facebook

Twitter

Articles connexes

« Monsieur Savary, pourquoi les Salines Suisses vendent-elles également du sel à dégeler en été »
23.11.2021
Les Salines Suisses se préparent activement à l’arrivée de l’hiver
11.11.2021