Un projet pour aider les amphibiens à Pratteln

Au cours des deux dernières années, la commune municipale et la commune bourgeoise de Pratteln ainsi que l’association de protection de la nature et des oiseaux de Pratteln ont créé de nouvelles mares pour les amphibiens. Les mesures ont déjà montré des résultats.

Les mares sont destinées à améliorer l'habitat des amphibiens.

«Il est satisfaisant de voir que nos mesures montrent déjà des résultats», déclare Heinz Weisskopf de la commune bourgeoise de Pratteln. La commune bourgeoise, la commune municipale et l’association de protection de la nature et des oiseaux se sont réunies à l’automne 2019 pour installer de nouvelles mares. Ensemble, elles ont voulu créer des conditions naturelles plus adaptées aux amphibiens et en particulier au crapaud accoucheur, menacé.

Celui-ci et d’autres amphibiens comptent parmi les espèces les plus menacées en Suisse. Les vastes surfaces agricoles sont de véritables obstacles en particulier pour les grenouilles. En effet, elles doivent parcourir des distances de plus en plus longues entre les étendues d’eau dans lesquelles elles frayent.

La rainette est l’un des premiers amphibiens à avoir colonisé les mares.

Les premiers résultats visibles
Pour soutenir la faune, de nouveaux habitats ont été créés dont les étangs Stritacher, Röti et Räbe qui ont été achevés à l’automne dernier. Un concept de mise en réseau a été développé pour relier ces biotopes entre eux. Une grande partie du financement a été pris en charge par le fonds pour la nature «Salzgut» des Salines Suisses.

Six mois plus tard, les premiers résultats sont visibles. «Lors de notre ronde, nous avons déjà pu observer plusieurs amphibiens» déclare Heinz Weisskopf. «Dans les étangs, nous avons pu voir des tritons, des crapauds communs et des grenouilles rousses» précise-t-il.

Parallèlement aux mares, des trous avec du gravier servent d’abris et de relais aux amphibiens.

Le crapaud accoucheur se fait attendre
Bien que le crapaud accoucheur, l’espèce à laquelle ces mesures sont particulièrement dédiées, se fasse attendre, Heinz Weisskopf est optimiste. «De telles mesures nécessitent du temps», dit-il. Cela peut prendre encore beaucoup de temps avant que le crapaud accoucheur ne colonise les étendues d’eau.

Pour l’instant, Heinz Weisskopf ne peut dire exactement combien d’amphibiens se sont déjà installés dans les mares. «Nous réaliserons des comptages dans les mois à venir pour avoir un aperçu plus précis des progrès réalisés», explique-t-il. Il reste à espérer que d’ici là le crapaud accoucheur trouve le chemin jusqu’au nouveau biotope.

Partager cet article sur :

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Facebook

Twitter

Articles connexes

Promotion de la biodiversité des terres cultivées suisses
16.06.2021