« Salzgut en visite » à Bex : la protection de la nature vit de partenariats

En juin 2022, la visite annuelle de projets « Salzgut en visite » s’est déroulée pour la première fois en Suisse romande, aux Salines de Bex, l’un des trois sites des Salines Suisses SA. Grâce à de multiples partenariats, les deux projets de protection de la nature visité à Bex et soutenus par le Fonds pour la nature « Salzgut », ont pu être réalisés avec succès.
« Avec les champs de saumure dans le nord-ouest de la Suisse et les Mines de sel à Bex, nous extrayons le sel. Avec le Fonds pour la nature « Salzgut », nous rendons quelque chose à la nature, encourageons activement la biodiversité et créons des habitats attrayants pour les animaux et les plantes ». C’est en ces mots que Dr. Urs Ch. Hofmeier, directeur général des Salines Suisses, a ouvert cette journée de « Salzgut en visite ». Le Fonds pour la nature en est déjà à sa troisième année et il a soutenu depuis 2020 un total de 55 projets dans cinq champs d’action différents. « Salzgut en visite » est avant tout une rencontre sur le terrain promouvant l’échange sur les thèmes liés à la protection de la nature et le partage d’expériences concrètes en matière de planification et de réalisation de projets dans ce domaine. Au programme cette année figurait la visite de deux des cinq projets soutenus dans la région de Bex. La journée s’est terminée par la visite des Mines de Sel de Bex riche en traditions.

Le domaine agro-écologique de Chiètre

Kelly Delavy et Antoine Burri, tous deux de Pro Natura Vaud, accueillent chaleureusement les participantes et participants sur un domaine agricole de 6 ha. Le but ici est de revaloriser la biodiversité de cette surface agricole tout en maintenant la production agricole. Les mesures suivantes sont mises en œuvre afin de créer un habitat optimal pour la pie-grièche écorcheur, le torcol fourmilier et le lièvre brun, mais dont profitent également de nombreux autres êtres vivants: plantation d’un verger (63 arbres avec 33 variétés différentes!), de haies riches en épineux et composés d’arbustes indigènes, pose de nichoirs pour torcols, chouettes effraies et faucons crécerelles et aménagement de petites structures telles qu’un tas de pierres (Figure 1).

Main dans la main vers le succès

En plus de ces mesures, un lit pour hermine a été intégré dans le tas de pierres, comme nous explique Kelly Delavy, qui ajoute avec enthousiasme : « Cela favorise un prédateur naturel qui, en même temps, régule les campagnols causant de gros dégâts dans le verger. Une situation gagnant-gagnant et une relation écologique qui profite à l’agriculture ». L’élément clé de ce projet sont ses multiples partenariats, sans qui ce projet n’aurait pas vu le jour : en premier lieu avec la propriétaire qui a grevé le terrain d’une servitude en faveur de Pro Natura pour la protection des valeurs naturelles ainsi que le partenariat avec Grainier sàrl comme exploitant agricole de la parcelle. Le Fonds pour la nature « Salzgut » permet le financement du verger et autres mesures de valorisation sur trois ans, les Sœurs de Saint Maurice, voisines du domaine, avec qui la collaboration est excellente et qui fournissent l’eau d’arrosage. Enfin, de nombreux bénévoles, civilistes et écoliers participent à la réalisation et à l’entretien de ce projet !
Vorstellung und Besichtigung des ersten Projektes mit Kelly Delavy von Pro Natura Vaud auf dem Hügel von Chiètres in der ländlichen Umgebung von Bex.
Vorstellung und Besichtigung des ersten Projektes mit Kelly Delavy von Pro Natura Vaud auf dem Hügel von Chiètres in der ländlichen Umgebung von Bex.

Où les hirondelles de fenêtre et les martinets noirs retrouvent des habitats en milieu urbain

Le deuxième projet visité se situe en zone urbaine. C’est au centre de la ville de Bex que Jean-Christophe Fallet, de l’Association Alpes vivantes, raconte avec passion son projet d’aménagements favorables aux hirondelles de fenêtre et martinets noirs. Ces deux espèces d’oiseaux migrateurs sont classées comme ‘potentiellement menacées’ dans la liste rouge des oiseaux nicheurs en Suisse et nécessitent des mesures de protection supplémentaires. Ce projet s’articule en trois volets : Chaque année, un suivi des populations existantes des deux espèces est effectué et les données collectées sont intégrées dans la base de donnée géographique SIG communale afin que ces informations puissent être prises en considération lors de projets d’aménagement. En outre, des nids artificiels supplémentaires pour les hirondelles de fenêtre et des nichoirs pour les martinets noirs sont posés sur des bâtiments situés à proximité de populations existantes afin de favoriser leur installation. Enfin, les élèves sont sensibilisés à ces deux espèces d’oiseaux avec leur active participation dans le suivi, la construction des nichoirs et la mise en place de campagnes d’information. L’objectif est de toucher un public aussi large que possible au sein de la population de Bex et de promouvoir une meilleure cohabitation avec ces oiseaux. Ici aussi, l’accent est mis sur les partenariats et l’échange : entre l’Association Alpes vivantes, la commune de Bex, les écoles (enseignantes et enseignants étant très impliqués avec leurs élèves) et la population. Comme le dit Jean-Christophe Fallet : « Il est très important de créer des liens entre la nature et les gens » pour apporter une préservation durable de la nature qui nous entoure.
Im Schatten des wunderschönen Mammutbaums auf dem Schulhof von Bex lernen die Teilnehmenden die Massnahmen kennen, die der Verein Alpes vivantes und die Schulkinder von Bex für Mehlschwal-ben und Mauersegler umgesetzt haben.
Im Schatten des wunderschönen Mammutbaums auf dem Schulhof von Bex lernen die Teilnehmenden die Massnahmen kennen, die der Verein ‘Alpes vivantes’ und die Schulkinder von Bex für Mehlschwal-ben und Mauersegler umgesetzt haben. (Foto: Andreas Bernasconi)

Sur les traces de l’impératrice Marie-Louise

La journée s’est terminée de manière passionnante par la visite des Mines de sel et une visite guidée sur ses 500 ans d’histoire. Avec le Train des Mineurs, les participantes et participants ont parcouru un trajet de 1,6 km à travers la montagne à plus de 450 m sous terre et ont appris des choses intéressantes sur l’histoire et le développement de l’exploitation du sel à Bex. Le sel est très important pour notre vie et il est aujourd’hui indispensable dans de nombreux domaines. Et grâce au Fonds pour la nature « Salzgut » des Salines Suisses notre environnement en profite également.

Partager cet article sur :

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Articles connexes

Aux Salines Suisses, on pendule à vélo !