« Pour nous, en hiver, le sel à dégeler est plus important que l’or »

Le « Tour da Salz », la tournée des 111 ans des Salines Suisses, commence du 10 au 12 mars, à Pontresina, à l’occasion du marathon de l’Engadine. Le conseiller d’État Christian Rathgeb, qui représente le canton des Grisons au Conseil d’administration des Salines Suisses, nous explique dans cette interview pourquoi l’approvisionnement en sel national est central pour son canton et ce qu’il souhaite aux Salines Suisses pour leur anniversaire.

Le conseiller d’État Christian Rathgeb représente le canton des Grisons au Conseil d’administration des Salines Suisses.

À quoi pensez-vous si je vous dis « sel » ?

À part à la douche matinale, à cause du délicat gel douche au sel pin / genévrier de Bex les Bains, je pense à Safiental. En hiver, mon épouse et moi-même faisons souvent des randonnées en raquettes dans cette jolie vallée latérale du Rhin antérieur, peu peuplée. À l’entrée du long tunnel Aclatobel qui protège la route des avalanches se trouvent deux silos Taufix des Salines Suisses que j’ai découverts pour la première fois à cet endroit. Pour moi, ils sont les garants symboliques de la sécurité de notre mobilité. Et, tel un couteau suisse, le sel fait partie, hiver comme été, des effets que nous emportons dans notre sac à dos. Sous la forme d’un petit « sal da cuschinar da las salinas svizras » naturellement.

Le « Tour da Salz » des Salines Suisses commence le 10 mars chez vous, dans le canton des Grisons. Que signifie pour vous ce 111e anniversaire des Salines Suisses ?

Le gouvernement des Grisons et moi-même sommes très honorés que les festivités débutent dans le canton des Grisons. Nous apprécions beaucoup l’étroite relation et l’excellente collaboration que nous entretenons avec les Salines Suisses. Les Salines sont un partenaire stratégique fiable du canton des Grisons, qui s’adapte en permanence aux exigences du moment. Nous leur souhaitons un joyeux anniversaire et tous nos vœux pour l’avenir, et adressons nos sincères remerciements à toute l’équipe des Salines Suisses pour leur professionnalisme.

Quelle importance revêt, à vos yeux, l’approvisionnement en sel national pour le canton des Grisons ?

Le canton des Grisons a un réseau routier cantonal et communal ramifié qui est entretenu à grands frais par le canton et les communes jusque dans les agglomérations les plus reculées de nos 150 vallées. Par conséquent, il est très important que les routes soient carrossables pour les habitants et les visiteurs aussi bien que pour les services publics, tels que les secours. Pour nous, en hiver, le sel à dégeler est plus important que l’or : il est vital. Avec les Salines Suisses, nous avons la certitude qu’il nous sera également garanti à l’avenir. La pandémie a montré à quel point il est important que notre pays puisse assurer son propre approvisionnement de base pour ne pas être confronté à l’impossibilité soudaine de produire des médicaments ou des vaccins parce qu’une unique matière première ne serait plus livrée de l’étranger. Il en va de même pour l’approvisionnement à tout moment et en quantité suffisante du pays en sel à dégeler pour maintenir notre mobilité et ainsi notre vie.

Quand avez-vous été confronté pour la première fois au sujet du sel et de l’approvisionnement en sel ?
Il y a très longtemps, le jour où j’ai préparé un vin chaud pour 30 invités et que j’ai confondu le sel et le sucre… (il rit) Non, sérieusement : avant mon mandat, j’ai conseillé des communes en tant qu’avocat, notamment en ce qui concerne l’entretien adéquat des routes en hiver et les questions de responsabilité civile correspondantes. C’est la première fois que je me suis penché sur la question de l’approvisionnement et de l’usage du sel à dégeler.

Vous siégez au conseil d’administration des Salines Suisses. Qu’est-ce qui vous marque le plus dans la collaboration entre les cantons et les Salines ?
Trois choses m’enthousiasment à chaque fois. Premièrement, la fiabilité avec laquelle les Salines Suisses livrent le sel aux autorités cantonales et communales. Contrairement au sel à dégeler importé, notre sel suisse se distingue par la supériorité et la régularité de sa qualité. Cela permet aux saleuses de fonctionner et d’exécuter leur mission sans problème. Nous sommes enviés pour cela, notamment dans les pays voisins. Deuxièmement, l’évolution des besoins des clients est toujours prise en compte et l’offre des Salines Suisses est ajustée en conséquence. Comme l’approvisionnement décentralisé réalisé par exemple avec la mise en place du système de silos Taufix développé il y a de nombreuses années. Troisièmement, je suis fasciné par l’incroyable clairvoyance entrepreneuriale de la direction de l’entreprise et les dispositions stratégiques et opérationnelles prises pour garantir l’approvisionnement en sel des générations futures de notre pays.

Que souhaitez-vous pour l’avenir en matière d’approvisionnement en sel de la Suisse ?
Je souhaite que les Salines Suisses restent la propriété entière des cantons et que nous continuions de trouver suffisamment de personnel hautement qualifié et motivé pour effectuer à l’avenir un travail aussi extraordinaire que notre équipe actuelle. C’est ainsi que nous pourrons, même après de très fortes chutes de neige en février 2054, continuer de transporter des denrées alimentaires à Tenna, Curaglia ou St. Antönien. Ou secourir un touriste gravement blessé à Brusio et le transporter à l’hôpital cantonal de Coire par le col de la Bernina et le col du Julier, qu’il continue de neiger ou que la météo ne permette pas de voler…

Et que souhaitez-vous aux Salines Suisses pour leur 111e anniversaire ?
Je souhaite aux Salines Suisses qu’après le lancement réussi du « Tour da Salz » en Engadine celui-ci rappelle aux nombreux habitants de la Suisse le privilège que représente l’approvisionnement en sel national et qu’il les enthousiasme pour leurs produits. Nous devrions faire en sorte que chaque écolière et chaque écolier puisse découvrir la matière première qu’est le sel dans le cadre d’une excursion dans l’une de nos Salines de Riburg, Schweizerhalle ou Bex lors de sa formation de base. Nous souhaitons également aux Salines Suisses que le succès des délicieux sels de table et de la vaste palette de produits innovants perdure et que notre sel soit présent dans tous les foyers suisses.

Encart sur le canton des Grisons

  • 1581 km de routes principales et secondaires, routes nationales comprises.
  • Sur les 12 840 km de routes communales, 1800 km de routes d’agglomérations.
  • Le canton dispose de 154 chasse-neige et 149 saleuses à l’Office cantonal des ponts et chaussées, tandis que 131 partenaires contractuels externes mettent un ou plusieurs véhicules à la disposition du service hivernal du réseau routier cantonal.
  • Les coûts du service hivernal s’élèvent en moyenne à 31 millions de francs par hiver.
  • Environ 13 000 tonnes de sel à dégeler sont nécessaires à l’entretien des routes cantonales et nationales au cours d’un hiver ordinaire.

Vous trouverez toutes les autres dates et informations sur le « Tour da Salz » ici.

Partager cet article sur :

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Articles connexes

Notre sel a 111 ans : le « Tour da Salz » enthousiasme plus de 50 000 visiteuses et visiteurs