Plus de 400 interventions en seulement deux semaines : la révision des Salines Suisses

Deux fois par an, des révisions sont effectuées sur les sites de Schweizerhalle, Riburg et Bex des Salines Suisses. Les installations de production sont vidangées et soigneusement contrôlées puis des travaux de maintenance sont réalisés. Parce que sel est synonyme de corrosion. Laura Eiholzer, responsable de l’atelier électrique de Schweizerhalle et Riburg, explique pourquoi ces révisions sont si importantes.

Laura Eiholzer en mission aux Saline Suisse.

En juin 2021, les Salines Suisses ont une fois encore arrêté leurs installations pour deux semaines, pas pour des congés annuels mais pour la révision estivale.

Pendant les travaux de maintenance, les Salines ne produisent pas de sel. Les Salines Suisses sont préparées pour faire face à cette période et éviter d’éventuels goulets d’étranglement. « Le sel continue d’être livré, mais à partir de nos stocks spécialement réapprovisionnés au préalable », déclare Laura Eiholzer.

Identifier les problèmes de manière précoce

Laura Eiholzer est responsable de l’atelier électrique de Schweizerhalle et de Riburg. Elle a commencé à planifier ces deux semaines de révision un an avant. Conjointement avec son équipe et plusieurs spécialistes externes, elle examine toutes les installations à la loupe.

« L’objectif est d’identifier d’éventuels problèmes pendant l’inspection afin d’éviter autant que possible des interruptions de production non souhaitées pendant l’année et de maximiser la durée de vie des installations », explique Laura Eiholzer. Elle travaille aux Salines Suisses depuis quatre ans et s’occupe de l’atelier électrique depuis son arrivée. Pour la dernière révision de Schweizerhalle, Laura Eiholzer a planifié plus de 400 interventions. Celles-ci doivent être effectuées en deux semaines.

Vérification des conduites et vidange de l’huile des transmissions

« Dès que les installations s’arrêtent, des interventions supplémentaires s’ajoutent. En effet, ce n’est qu’à ce moment-là que nous pouvons voir les autres pièces à changer », souligne Laura Eiholzer. Avant que la révision ne puisse commencer, les équipes responsables nettoient toutes les conduites, les énormes évaporateurs, les préchauffeurs et les cuves de production pour éliminer les dépôts de la production de sel.

« Ensuite, nos serruriers vérifient que les conduites ne sont pas percées, ce qui peut arriver lorsqu’il y a corrosion par le sel. Les moteurs et les transmissions sont également contrôlés, nettoyés et éventuellement remplacés à titre préventif. La sécurité de tous les interrupteurs moyenne tension est également contrôlée », explique-t-elle.

Certains composants des installations sont remplacés à titre préventif et d’autres parce qu’ils présentent des défaillances. « Les composants en plastique doivent être changés souvent parce que le sel et les conditions d’utilisation les fragilisent », ajoute Laura Eiholzer. Pour assurer la maintenance des composants pendant la révision, plus de 10 000 vis doivent être dévissées et en grande partie changées.

Au cours de la révision, plus de 10 000 vis ont dû être remplacées.

Après la révision, c’est aussi avant la révision

Pour que les travaux de maintenance puissent être effectués dans les meilleures conditions, avant la révision, Laura Eiholzer s’assure d’avoir suffisamment de matériel pour les réparations : « C’est la condition préalable pour que nous puissions exploiter le temps de manière optimale ». Elle attache une grande importance à la prévention des accidents pendant ces travaux. « La sécurité de toutes les personnes présentes a la priorité absolue. Nous y veillons particulièrement et prenons le temps nécessaire pour éviter les accidents », ajoute Laure Eiholzer.

Dès que les installations sont remises en service après deux semaines, elle s’attaque à la planification de la révision de l’année suivante. « Nous espérons que d’ici là tout fonctionnera bien. Toutefois, en cas d’incident, notre service de piquet 24/7 est toujours prêt à intervenir et à effectuer les réparations nécessaires », déclare Laura Eiholzer. Ce n’est qu’ainsi qu’il est possible d’assurer de manière fiable l’approvisionnement constant de la Suisse en sel.

Partager cet article sur :

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Facebook

Twitter

Articles connexes

Visites des Salines Suisses: « J’aimerais qu’un maximum de personnes connaissent les Salines Suisses ! »
25.08.2021
Vidéo: Comment les Salines Suisses vivent la durabilité
19.08.2021
Un apprentissage aux Salines Suisses : une plongée dans l’univers du sel
06.08.2021