Notre sel et son histoire

Pendant des siècles, la Suisse dépendait des importations de sel. Un homme d’affaires allemand a changé le cours de l’histoire du sel suisse à tout jamais en découvrant cette matière première en 1836. C’est en 1909 qu’a été posée la première pierre de l’approvisionnement moderne et durable de la Suisse en sel tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Galerie de Rovéréa in Bex
François Gamaliel de Rovéréa liess eine Galerie entlang der Schicht erstellen, von der Querstollen abgingen.

Le 7 juin 1837 fut un jour mémorable pour la région de Bâle. Cette date marque la mise en service de la première saline suisse à Schweizerhalle près de Pratteln et le début de l’extraction de sel gemme. Un an plus tôt, le 30 mai 1836, l’homme d’affaires allemand Carl Christian Friedrich Glenck (1779–1845) découvre une couche de sel de six mètres d’épaisseur à 135 mètres de profondeur près de Rothausgut, dans la région de Muttenz. Avec cet important gisement s’ouvre une nouvelle ère pour l’industrie de la région de Bâle.

Le livre municipal bâlois de 1890 contient un article intitulé « Basler Grund und Boden und was darauf wächst » (Sol et sous-sol bâlois et tout ce qu’ils produisent), qui traite également de l’extraction de sel.

De « l’or blanc » en Suisse

Le développement économique de la Suisse a été considérablement influencé par la production de sel et l’autonomie gagnée vis-à-vis des importations des pays voisins. Cette production a posé la première pierre de l’industrie chimique et pharmaceutique de la région de Bâle, le sel étant utilisé comme matière première dans la production de médicaments et de nombreux autres produits du quotidien.

Aujourd’hui, le sel sert aussi à la production de beaucoup d’autres biens industriels tels que le verre, l’aluminium ou le plastique. D’autre part, le sel est un composant majeur de l’alimentation et des cosmétiques. De plus, pour éviter une paralysie de la vie publique, le sel à dégeler est des plus efficace pour lutter contre le verglas. Il représente environ la moitié du volume des ventes de sel en Suisse. Avoir du sel en suffisance est primordial pour la prospérité d’un pays et de son économie.

Un approvisionnement sûr depuis plus de 111 ans

En 1909, les Salines de Schweizerhalle, de Rheinfelden et de Riburg ont fusionné pour créer la Société des Salines Suisses du Rhin réunies. Les trois entreprises privées ont donné naissance à une société anonyme (SA) avec participation cantonale. La pierre angulaire de l’approvisionnement indépendant, durable et solidaire de tous les cantons de Suisse et de la Principauté de Liechtenstein était ainsi posée. La Saline de Bex SA et les Salines du Rhin se sont regroupées en 2014 pour former les Salines Suisses SA.

Chargées de l’approvisionnement en sel national, les Salines Suisses revendiquent leur responsabilité à l’égard de la population et des cantons. Pour Jürg Lieberherr, ancien directeur des Salines Suisses et auteur de « Vom Tontiegel zum Pharmasalz: 10 000 Jahre Salzgewinnung » (Du pot en céramique au sel pharmaceutique : 10 000 ans d’exploitation du sel), l’approvisionnement crucial est celui du service hivernal qui doit assurer la mobilité : « Pour le sel à dégeler, les Salines Suisses ont conclu un contrat d’approvisionnement avec la Confédération et les cantons. Cela signifie que de grandes quantités de sel à dégeler d’une bonne qualité constante et à prix stable doivent en tout temps pouvoir être livrées aux quatre coins du pays. »

Depuis plus de 111 ans, les Suissesses et les Suisses partagent le sel. Cette année, les Salines Suisses célèbrent cet événement dans le cadre d’une tournée anniversaire à travers tous les cantons et la Principauté de Liechtenstein. Le roadshow « Tour da Salz » se poursuit jusqu’en septembre. Consultez le programme des manifestations à venir.

Partager cet article sur :

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Articles connexes

Aux Salines Suisses, on pendule à vélo !