Fonds pour la nature Salzgut: Les projets montrent leurs premiers effets

Les participants aux projets, ainsi que des représentants du fonds pour la nature Salzgut des Salines Suisses ont pu visiter la mise en œuvre de deux projets.

Le fonds pour la nature Salzgut des Salines Suisses a été créé en 2019 avec, comme objectif, de promouvoir des projets de protection de la nature et du paysage dans les zones d’extraction du sel indigène. Dans la première phase de sélection, 18 des 22 projets proposés ont été sélectionnés. En octobre 2020, la mise en œuvre de deux projets a pu être découverte.

Entre-temps, une grande partie des projets sélectionnés ont démarré. Deux d’entre eux ont été présentés à la mi-octobre avec leur état d’avancement actuel. Les membres des projets et les représentants du Fonds pour la nature Salzgut et des Salines Suisses se sont donné rendez-vous à la Saline de Riburg le 16 octobre 2020 pour découvrir les projets «Amphibiens Olsberg» et «La biodiversité dans le Melerfeld».

Les mares nouvellement créés offrent davantage d'habitats aux crapauds à ventre jaune et aux crapauds accoucheurs.

Réserve forestière d’Olsberg : Biotope pour crapauds sonneurs à ventre jaune et crapauds accoucheurs

Le projet Amphibiens mis sur pied par la commune d’Olsberg, qui se situe à cheval sur les cantons d’Argovie et de Bâle-Campagne, en collaboration avec Pro Natura Argovie et creanatira, vise à préserver le biotope d’espèces de crapauds menacées, à savoir le sonneur à ventre jaune et le crapaud accoucheur.

Dans une première étape, 20 nouvelles mares ont été aménagées dans trois zones du domaine forestier d’Olsberg pour favoriser le développement des populations d’amphibiens jusque-là en recul. Des bassins de frai ont été construits avec la glaise présente sur les sites. Ces petites mares offrent aux têtards des conditions de développement idéales pour leur permettre de quitter le milieu aquatique quelques semaines plus tard.

Panneaux d’information sur les lieux

Et c’est exactement ce qui s’est déjà produit, pour la plus grande joie des initiateurs du projet: après avoir terminé leur métamorphose, les premiers jeunes crapauds ont pu quitter les bassins au mois d’août 2020 pour «coloniser» la forêt. On a pu dénombrer jusqu’à quinze crapauds sonneurs à ventre jaune sur l’un des trois sites. Un premier succès d’envergure d’après les responsables du projet.

Afin que le projet contribue également à l’éducation environnementale, des mares supplémentaires ont été implantées près d’une place de repos sur un chemin de randonnée.

Des panneaux informatifs présentent les particularités d’un tel site. La deuxième étape prévoit d’autres mesures pour le printemps 2021 sous la forme d’autres mares et de la création d’un biotope terrestre attrayant.

Biodiversität im Meler-Feld (BiM)
Des mesures de mise à niveau écologique ont également déjà été mises en œuvre dans dans le Melerfeld en coopération avec l'association de protection de la nature et des oiseaux Möhlin.

Une collaboration réussie avec les paysans locaux favorise la biodiversité dans le Melerfeld (BiM)

En collaboration avec les agriculteurs locaux, l’Association de protection de la nature et des oiseaux Möhlin favorise la valorisation écologique du Melerfeld (de Möhliner Feld) au profit d’une plus grande biodiversité. Cette zone agricole vaste et fertile se trouve entre Möhlin, Wallbach et Zeiningen, dans le canton d’Argovie.

La collaboration étroite avec les paysans est essentielle pour l’association, car une production durable des denrées alimentaires va de pair avec la promotion de la biodiversité. Le projet prévoit donc de soutenir les agriculteurs sous forme de contributions financières et de conseils. S’ils veulent participer au programme BiM, les paysans doivent mettre en œuvre au minimum trois des huit mesures proposées par le projet.

Mesures de soutien en faveur de diverses plantes et animaux

Ces mesures consistent par exemple à semer des jachères florales, à cultiver des céréales en semis large ou à remettre en état d’anciennes granges. Au cours de ces deux dernières années, la mesure qui a eu le plus de succès auprès des agriculteurs est la mise en place de petites structures: des tas de branches ou des groupes de buissons épineux ont été aménagés pas moins de 324 fois, donc bien plus que l’objectif de 100 structures de ce genre visé à l’origine.

Les mesures de promotions visent cinq «types d’objectifs» différents : alouette des champs, chouette chevêche, crapaud calamite, abeille sauvage et flore champêtre. Dans les zones concernées, les bénéficiaires sont toutefois toutes les espèces de plantes et d’animaux et donc également l’homme à la recherche de loisirs proches de la nature ainsi que le paysan.

Le bilan des deux projets présentés est déjà plus que positif, et les responsables voient l’avenir avec confiance en raison de leur approche durable. Les prochaines étapes prévues et l’horizon à long terme laissent espérer d’autres effets positifs sur la faune et la flore.

Plus d’informations sur le Fonds pour la nature sur www.salzgut.ch

Partager cet article sur :

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Membre de la direction,
Responsable du développement des champs de forage

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Facebook

Twitter

Articles connexes

Au secours du lucane cerf-volant et du capricorne du chêne
20.11.2020