Étude écologique : le sel suisse plus respectueux de l’environnement que les sels d’importation

Une étude scientifique récente a comparé le bilan écologique du sel à dégeler suisse à celui du sel ignigène, du sel gemme ou du sel de mer importé.

Facteurs décisifs : production et transport

Le bilan écologique dépend de la consommation énergétique des différents processus de production. La fabrication de sel ignigène consomme essentiellement de l’électricité et de la vapeur. En revanche, l’extraction de sel gemme nécessite, outre l’électricité, principalement du carburant diesel pour faire fonctionner les machines. La production de sel de mer utilise essentiellement la chaleur du soleil ainsi que de l’électricité et du carburant en faibles quantités.

La source énergétique, comme la centrale hydraulique ou nucléaire, joue naturellement un rôle important. Pour son calcul, l’étude se base sur le mix énergétique propre au pays d’origine du sel importé. Pour le sel local, trois variantes ont été prises en compte : énergie hydraulique, énergie atomique et mix énergétique suisse. Pour l’importation de sel à dégeler, le moyen de transport utilisé joue un rôle essentiel. Les auteurs de l’étude n’ont pris en compte que les scénarios réalistes dans le contexte actuel.

Les spécialistes en développement durable de l’entreprise de conseil bâloise Carbotech AG ont comparé le bilan carbone et l’empreinte écologique de la production de sel en Suisse et à l’étranger.

Un bilan carbone sans équivoque

La comparaison les émissions de CO2 occasionnées par la production et le transport des sels à dégeler révèle clairement que le sel ignigène suisse de Riburg/AG réalise le meilleur score. Cela s’explique notamment par le fait que, depuis 2018, les Salines Suisses s’approvisionnent à 100% en courant hydraulique.

Les sels ignigènes de Hollande et d’Espagne sont les moins respectueux de l’environnement compte tenu des longs trajets. La production de sel de mer de France et de Tunisie génère certes moins d’émissions de CO2, mais le transport par camion et par bateau anéantit cet avantage. Le sel gemme de notre voisin allemand se place en tête de l’étude comparative des sels d’importation bien que sa production génère des émissions de dioxyde de carbone supérieures de 60% à celles du sel ignigène suisse. Ces émissions sont surtout dues au transport par camion.

L’étude de Carbotech compare aussi l’empreinte écologique de toutes les solutions de remplacement. Elle comprend, outre les émissions de CO2, d’autres facteurs environnementaux. Le résultat est très similaire : le sel ignigène de Riburg produit à l’énergie hydraulique est largement en tête devant les sels d’importation.

Partager cet article sur :

Vos interlocuteurs

Dr. Urs Ch. Hofmeier

Directeur général

Tél. +41 61 825 51 51
urs.hofmeier@saline.ch

Carlo Habich

Délégué pour l’exploration et la durabilité

Tél. +41 61 825 51 51
carlo.habich@saline.ch

Saline.ch sur les réseaux sociaux

Articles connexes

Aux Salines Suisses, on pendule à vélo !